CONSÉQUENCES DU HARCÈLEMENT SEXUEL


CONSÉQUENCES

Au niveau émotif

  • Sentiment d’être abaissé-e et diminué-e.
  • Perte de confiance en soi-même et dans les autres.
  • Sentiments de rage et d’impuissance.
  • Peur des représailles.
  • Peur de ne pas être cru-e, d’être accusé-e de provocation.
  • Dépression, anxiété et/ou insécurité.
  • Problèmes relationnels et sexuels avec son conjoint.

Au niveau physique

  • Troubles du sommeil
  • Perte d’appétit
  • Migraines
  • Troubles digestifs
  • Maux de dos et de jambes
  • Détérioration de la santé en général

Au niveau du travail

La nervosité et le stress que subit la personne peuvent causer:

  • Une diminution du rendement.
  • La perte d’intérêt et de motivation.
  • Des absences et des retards pouvant entraîner des pertes de revenus.
  • Des conditions de vie et de travail défavorables amenant la victime à démissionner ou encore à se voir congédier.
  • L’insécurité financière.

Soutien

  • Ne pas minimiser la gravité des gestes posés contre la personne harcelée, aussi insignifiants qu’ils puissent vous paraître.
  • Lui permettre d’exprimer ses émotions.
  • Être à l’écoute de ses besoins.
  • Déculpabiliser.
  • L’informer qu’elle a des droits et qu’il existe des recours légaux.
  • La référer à un centre d’aide.
  • Lui assurer votre soutien tout en reconnaissant vos limites.

La victime de harcèlement sexuel se sent souvent coupable et remet ses comportements en question. Elle aura tendance à s’isoler et à ne pas en parler. Il est fréquent, lorsqu’elle ose le dire à une autre personne de son milieu, de constater qu’elle n’est pas la seule à être victime du même harceleur.

Ce que vous devriez faire si vous êtes victime de harcèlement

  • Faites savoir à l’auteur du harcèlement, avec une personne de confiance comme témoin, que son comportement est inapproprié. Vous pouvez lui dire verbalement que son comportement vous met mal à l’aise ou vous pouvez aussi demeurer insensible au harcèlement.
  • N’encouragez aucun comportement qui vous rend mal à l’aise.
  • Si le harcèlement persiste, informez-en, selon le cas, votre patron, votre supérieur, votre représentant syndical, votre locateur, votre fournisseur, votre association professionnelle, le comité étudiant ou des professeurs. Ils communiqueront avec l’employeur/la personne concernée au sujet de la situation. Votre employeur/la personne concernée est tenu de vous assurer un milieu de travail/de vie sécuritaire.
  • Informez vos collègues de travail de la situation, surtout les personnes en qui vous avez confiance.
  • Si d’autres personnes subissent les mêmes attitudes, agissez ensemble.
  • Vous pouvez déposer de façon anonyme des textes traitant du harcèlement sexuel partout sur les lieux du travail.
  • Vueillez à documenter tout comportement inapproprié en tenant un journal. Si des personnes ont été témoin des incidents, prenez note de leurs noms parce qu’elles peuvent aider à justifier votre plainte. Conservez toutes les notes, courriels et textes à ce sujet, et assurez-vous d’inscrire en détail les heures et dates auxquelles les incidents ont lieu. N’oubliez pas de commencer à documenter les événements dès que vous vous sentez victime de harcèlement.
  • Contactez un groupe d’aide pour les victimes de harcèlement sexuel (ex. : gaihst*)

Certains comportements sexuels inappropriés au travail ou en d’autres situations sont non seulement régis par les lois sur le harcèlement sexuel, mais également par le Code criminel et d’autres protections législatives provinciales. Ainsi, une personne vivant du harcèlement sexuel peut dépendamment du cas recevoir des prestations de santé et sécurité au travail, exercer un grief, faire valoir ses droits à la Commission des droits de la personne, demander l’intervention de la Commission des normes du travail ou poursuivre son employeur ou le ou les présumé(s) harceleur(s) devant les tribunaux de droit commun. Une victime a jusqu’à deux ans après l’incident de discrimination ou du harcèlement pour entamer des poursuites judiciaires.

Pour de plus amples informations :

  • Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
    www.cdpdj.qc.ca - 1-800-361-6477
  • Commission des normes du travail
    www.cnt.gouv.qc.ca/accueil/index.html (514) 873-7061 ou le 1-800-265-1414
  • Commission de la santé et de la sécurité du travail
    www.csst.qc.ca - 1-866-302-CSST (2778)
  • Groupe d’aide et d’information sur le harcèlement au travail de la province de Québec- GAISHST*
    www.gaihst.qc.ca - (514) 526-0789

Sources : Extrait/adapté de 1) Guide d’information à l’intention des victimes d’agression sexuelle, Table de concertation sur les agressions à caractère sexuel de Montréal, 2007. 2) Le harcèlement sexuel au travail - Guide de référence et des droits, TUAC, 2010 3) Harcèlement sexuel – Vos droits et responsabilités, commission ontarienne des droits de la personne, 2009. 4) www.calacsca.qc.ca